Being Beauteous

17 janvier 18 mars 2017
vernissage le samedi 14 janvier à 18 h
République tchèque, Nicolas Comment, 2006.

Un dialogue photographique entre quatre artistes, Anne-Lise Broyer, Nicolas Comment, Amaury da Cunha et Marie Maurel de Maillé, qui signent ensemble une exposition réalisée de concert. Empreintes de poésie et se faisant l’écho de l’atmosphère d’Arthur Rimbaud (et son poème Being Beauteous issu de son œuvre Illuminations), les images des quatre photographes se rencontrent et récréent un univers propice à développer notre acuité et notre regard sur la monde. Ce « souffle collectif », nourri des autres pratiques artistiques de chacun (le dessin pour Anne-Lise Broyer, la musique pour Nicolas Comment, l’écriture pour Amaury da Cunha, la vidéo pour Marie Maurel de Maillé), s’attache à faire la part belle au « mystère » et à poser l’énigme de la Présence.

« Ce sont nos photographies qui nous ont réunis. Cette exposition a le désir de les faire dialoguer pour en faire rejouer la forme. Rassembler nos visions simultanées, faire éclater les séries, retrouver les images sœurs, créer des brèches, faire coïncider des hypothèses, tels sont les axes de notre proposition. L’accrochage n’est pas conçu comme une exposition collective, où le plus souvent les œuvres cohabitent sans se croiser, mais réfléchi — de concert — par les artistes eux-mêmes. Puisque ce sont les images qui nous ont réunis, nous allons donc tenter de « ré-unir » ces images. En tenant compte de l’architecture et des caractéristiques du lieu, cet accrochage est envisagé comme le lieu de d’une rencontre : entre les images, entre les auteurs, mais aussi comme un territoire ouvert, dans lequel différentes pratiques seront convoquées : la musique pour Nicolas Comment, l’écriture pour Amaury da Cunha, le dessin pour Anne-Lise Broyer, la vidéo pour Marie Maurel de Maillé : des disciplines qui croisent notre pratique photographique. L’édition occupant une part privilégiée dans notre démarche, nous avons souhaité par ailleurs imaginer un espace, partie intégrante de l’exposition, qui sera dédié aux livres, recueils, disques publiés par chacun —, et ainsi offrir aux visiteurs le loisir d’être aussi lecteur, auditeur, spectateur… Ce qui pourrait faire œuvre ici, c’est le dispositif en lui-même, la rencontre de ces gestes photographiques dans un même espace-temps qui prend sens. Il s’agit d’instaurer un véritable dialogue entre les œuvres, se répondant, se dédoublant, et ainsi créer la trame d’un corpus commun et d’une même « chair ».

Being Beauteous

« À l’origine, ce titre énigmatique qui pourrait peut-être éclairer notre désir d’être ensemble et notre manière de faire. Car c’est d’abord « le mystère » qui nous attire — dans la singularité de nos parcours, selon des modalités différentes, liées à la spécificité de nos histoires et de nos rencontres.

« Avec toute la prudence requise — dans un monde ironique et toujours contaminé par l’ère du soupçon — c’est la question du sensible qui nous rassemble. Et avec lui, un rapport particulier aux images. Ainsi, il nous semble que cette énigme de la Présence soit peu représentée dans le champ des arts visuels. La photographie aujourd’hui est bien trop souvent occupée à vouloir transformer le monde en signaux de vérités et à réifier les apparences en figures de banalités. Car l’image photographique, pour nous, n’est ni une boîte à messages, ni une machine à produire des preuves. Ce qui exclut de nos champs de représentations tout ce qui relève des classifications. Nous ne faisons pas de reportage, ni de portraits, encore moins d’images d’architectures. Nous faisons des images pour redonner à la question de l’errance toute sa richesse, et sa valeur. Pour nous, la photographie est bien une discipline médiane : à la croisée des chemins. Quelque part entre la littérature et les arts plastiques. Mais au final c’est toujours la question du regard qui reste essentielle à nos yeux. Renouer avec l’attention, tenter d’acquérir une certaine acuité c’est rendre à nouveau possible un acte de liaison et de partage. Un art de l’adhésion au monde. Une aventure rétinienne qui cherche ses sources aux confins d’une expérience intérieure, mais aussi dans le foisonnement de la matière du monde. Un refus du feuilleton, du storytelling, de la distraction ; en somme, il s’agit bien de (re)mettre le réel au premier plan, dans toute sa nudité, son mystère, sa beauté.

Being Beauteous

Quelques éléments de biographie

Anne-Lise Broyer

Née en 1975. Elle étudie à l’École nationale supérieure des arts décoratifs de Paris puis à l’Atelier national de recherches typographiques. Son travail photographique et ses dessins sont représentés par La Galerie Particulière à Paris et à Bruxelles. Elle expose régulièrement en France et à l’étranger.
http://www.annelisebroyer.com

Nicolas Comment

Photographe et auteur-compositeur, né en 1973, il vit et travaille à Paris. Son travail photographique est représenté par la galerie Vu’ (Paris) et la galerie 127 (Marrakech). Son travail musical, produit par Kwaidan Records (Discograph/Because) et Bonsaï Music (Harmonia Mundi), est édité par Absolute Management et Because Éditions.
http://www.nicolascomment.com

Amaury da Cunha

Né en 1976 à Paris, Amaury da Cunha est photographe et écrivain. Auteur de plusieurs livres d’images et de textes.
http://www.amaurydacunha.com

Marie Maurel de Maillé

Née à Lyon en 1978, elle vit et travaille à Paris. Elle étudie à l’École des beaux-arts de Saint-Étienne, à la Faculdade de Belas Artes de Porto et est pensionnaire de la Casa de Velázquez à Madrid de 2011 à 2012. Son travail est représenté par la galerie « Les Comptoirs arlésiens ».
http://mariemaurel.nuxit.net

L’édition

L’accrochage de notre exposition Being Beauteous est pensé comme le lieu d’une rencontre : entre les images, entre les auteurs, mais aussi comme un territoire ouvert. Le livre que nous avons de réalisé n’est pas le catalogue de cette exposition, mais bien un prolongement de ces dialogues.

L’idée de ce volume est de faire se rencontrer nos photographies, mais de solliciter aussi la voix de quelques auteurs et critiques pour approfondir les intuitions provoquées par ces images. Des entretiens, des textes critiques et poétiques, viendraient rythmer le chemin de l’ouvrage pour donner au visible la même importance que le lisible. Ils sont Yannick Haenel, Hélène Giannecchini, Léa Bismuth, Étienne Hatt, Jean Deilhes.

Ouvrage disponible : Being Beauteous, Filigranes Éditions.

Leurs images deviendront nos visions

« […] Je découvre le groupe. Ils ont choisi de mettre en commun leurs images — d’abandonner leurs propriétés : sous les photographies, pas de nom (de sorte qu’on ne peut pas savoir qui a pris ce nu, cette déchirure de voile, ce hibou). À la place d’Anne-Lise Broyer, de Nicolas Comment, d’Amaury da Cunha, de Marie Maurel de Maillé, une signature unique : Being Beauteous. C’est le titre d’un poème des Illuminations de Rimbaud. Il y est question de « frissons » qui « s’élèvent et grondent », de « blessures écarlates et noires » qui « éclatent dans les chairs superbes », des « couleurs propres de la vie » qui « se foncent, dansent et se dégagent autour de la Vision » ; le poème est un champ de bataille où les « sifflements de mort » accompagnent le « canon » : on attaque un « Être de Beauté », qui « recule », « se dresse » — résiste à l’assaut de ces « rauques musiques ». Cette beauté gagne à être ainsi malmenée. Les impacts l’approfondissent. Elle aime la métamorphose : « Oh ! nos os sont revêtus d’un nouveau corps amoureux. » Est-ce la métamorphose qui les rassemble tous les quatre ? On pourrait traduire « Being Beauteous » par devenant beauté. Ce qu’ils donnent à voir est une transformation : le temps où la beauté se forme. Et je ne crois pas que cette perfection soit possible. Mais ils luttent, ces quatre photographes, ils tendent vers une volonté qui contient son échec. Ils s’offrent au devenir mince et précaire. Car la beauté devenue serait une gifle ; ici, elle ne se fixe pas, se maintient dans son arrachement. […]

Hélène Giannecchini et Yannick Haenel