Événements

Mercredi 18 septembre à 20 h :

La photographie vernaculaire

Conférence / rencontre avec Anne Delrez, directrice artistique de la Conserverie
Dans le cadre des 41e Estivales Photographiques du Trégor

© Madame Pemerle / La Conserverie

Directrice artistique de La Conserverie, Anne Delrez recueille, interroge, témoigne d’archives photographiques dites de famille depuis 2009. La Conserverie est le lieu (situé au 8 rue de la Petite Boucherie à Metz) que l’artiste a ouvert pour transmettre ces précieuses images à tous les publics et accueillir des artistes contemporains.

Au sein de ce Conservatoire National de l’Album de Famille, Anne Delrez imagine des expositions (Recueils, Le Château d’eau, Toulouse, mars 2019 ; Arweider, exposition avec Julie Luzoir, FRAC – Fondation Hermès, Saint Louis-les-Bitche, janvier 2017 ; Votre photo mérite un agrandissement, Galerie le Lieu, Lorient, juin 2016) et imagine des livres d’images (L’autobiographie comme mensonge, édition de La Conserverie, octobre 2017 ; Se tenir, 2017 ; Charles et Gabrielle, photographes, 2003), et propose également des éditions (8 livres on été édités à ce jour) et des actions de médiations.

Ayant constitué un véritable patrimoine visuel fort de plus de 29000 images numérisées, indexées et archivées, la Conserverie est aujourd’hui reconnue en France pour son travail sur la photographie vernaculaire. Ce fonds iconographique est le premier en son genre.

« Aussi, n’ayant pas de modèle, nous cherchons, inventons, nous nous trompons et nous cherchons à nouveau. C’est un mouvement perpétuel. Les photographies arrivent parfois par deux entre les mains fébriles d’une jeune personne, parfois dans un sac poubelle laissé là devant la porte, parfois des sacs remplis d’une ou deux vies bien rangées dans des albums et accompagnées par des enfants qui ne veulent ou ne peuvent garder tout cela. Ici il n’est pas question de généalogie mais de bien commun.  Cette archive n’est pas un arrêté d’une image dans sa propre histoire, mais un état transitoire de son présent à un possible futur. C’est une image en devenir dans le sens où elle attend là que l’on la charge à nouveau d’une histoire, d’une tension, d’une activité. C’est un ensemble de photographies dormantes que l’on peut éveiller à l’aide d’un système de Thesaurus un peu particulier. »

http://www.cetaitoucetaitquand.fr

Mercredi 18 septembre à 20 h à la galerie L’Imagerie